Quelques semaines avant mon retour en Macédoine j’ai contacté l’ambassade de France et j’ai demandé à rencontrer l’ambassadeur pour l’interviewer en pensant qu’il allait probablement décliner mon invitation. Et bien non ! Il a gentiment accepté et m’a reçu en répondant à toutes mes questions. Un grand merci à Christian Thimonier, ambassadeur de France en Macédoine !

L’interview de l’ambassadeur

Dans mon interview je vais parler de l’ambassade avec lui et j’aborderai ensuite le sujet du voyage :

AMBASSADE
– Présentation de l’ambassade et de son rôle dans un contexte compliqué (OTAN, EUROPE…)
– Situation actuelle du pays compliquée mais tendance à l’apaisement
– Son parcours professionnel et sa mobilité à l’international
– Le rôle d’un ambassadeur
– Le rôle de l’ambassade pour les Français

VOYAGE
– Premiers souvenirs de voyage
– Les bénéfices du voyage dans sa vie
– Le voyage le plus important de votre vie

Le matériel utilisé et mes erreurs

Dans cette partie je vais vous raconter pourquoi le matériel choisi est totalement utilisable dans le cas d’une interview de voyage mais je vais surtout vous parler des erreurs que j’ai commis.

Quel matériel pour l’interview ?

Avant de partir j’ai préparé le matériel nécessaire à l’interview en pensant utiliser 2 caméras (CANON G7X et SONY FDR-X3000) et 2 microphones (mon iPhone en mode dictaphone sur moi et le SONY ICD-TX 650B sur l’ambassadeur), le tout posé sur 1 trépied aidé d’une lumière au cas ou le bureau de l’ambassadeur ne soit pas suffisamment éclairé.

Si vous souhaitez connaitre le matériel que j’utilise lors de mes voyages vous trouverez toutes les informations ici : MON MATÉRIEL.

En arrivant dans le bureau de l’ambassadeur j’ai installé le matériel en mettant les deux caméras sur le trépied et j’ai orienté le CANON en plan rapproché sur l’ambassadeur pendant que la SONY me servait pour avoir un plan global dans lequel on me voyait interview l’ambassadeur.

Quelles sont mes erreurs ?

  1. La première erreur que j’ai commis a été de ne pas anticiper la surchauffe des appareils photos quand on les utilise en mode vidéo plus de 30 minutes. Sachant que l’interview a durée plus d’une heure cela a posé problème et j’ai du interrompre au milieu pour laisser les batteries reposer (cela tombait bien l’ambassadeur avait des choses à faire entre temps).
  2. Ma deuxième erreur a été d’oublier de démarrer mon dictaphone pour enregistrer ma voix quand je posai les questions ce qui fait que tout le début de l’interview on a du mal a entendre ma voix qui est enregistrée depuis le micro de l’ambassadeur. Heureusement j’y ai pensé au milieu et l’on m’entend beaucoup mieux à la fin.
  3. La troisième erreur est d’avoir intégré dans le champs une fenêtre à un horaire ou la lumière change (15h00 – 17h00). Cela fait que pendant l’interview la lumière change et les couleurs aussi et c’est très compliqué à rattraper lors du montage).
  4. Pour la quatrième erreur cela concerne le focus du CANON qui ne s’est pas fait sur l’ambassadeur sur la première partie de l’interview. On ne le répéterra jamais assez mais dans ce genre d’exercice pensez toujours à mettre le focus en manuel !
  5. La cinquième erreur concerne les questions de l’interview que j’avais préparé mais qu’il a été difficile de respecter niveau timing. Je me suis laissé porté par les réponses de l’ambassadeur et j’ai eu du mal à suivre mon plan de départ. Je pense qu’il faut continuellement revenir à son plan lors de ce genre d’interview au risque de se perdre et de ne pas respecter le temps imparti et les questions de départ.

Pour finir, que retenir de cette expérience ?

Cette expérience a été passionnante mais aussi très difficile concernant la technique qui nécessite beaucoup de maîtrise. Lorsque des journalistes se déplacent pour interviewer ils sont minium 2 avec l’interviewer et 1 technicien et je comprends pourquoi maintenant ! Ceci dit, je tenais vraiment à pratiquer l’exercice seul et être capable de produire quelque chose de correcte. C’était le challenge de départ, du premier contact avec l’ambassade, au contenu de l’interview jusqu’au montage (plusieurs caméras et plusieurs prises de son) jusqu’à la diffusion sur le réseaux sociaux (Youtube, SoundCloud et iTunes).

Je tiens à remercier l’ambassadeur pour m’avoir reçu et ses équipes (Pierre ZOTOS et Vlado RALPOVSKI) pour leur accueil et leur professionnalisme.

AMBASSADE DE FRANCE EN MACÉDOINE :
SITE : https://mk.ambafrance.org
FACEBOOK : https://www.facebook.com/France.Macedoine/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
Entrer votre nom ici